fbpx

PROFILS DE JEUNES AU TRAVAIL

Suivre ma passion pour l’agroforesterie communautaire

12 juin 2020

Sean Larsen et un passion pour les arbres.

Sean Larsen est un étudiant embauché pour l’été par la Lower North Thompson Community Forest Society. Le voici en train d’admirer des arbres majestueux lors d’une randonnée jusqu’au lac Deeks, à environ 40 kilomètres au nord de Vancouver.

Par Sean Larsen

Je me suis toujours demandé comment combiner ma passion pour l’environnement et mes possibilités de carrière. Par exemple, je pense souvent à acheter des terres et à déménager dans le nord de la Colombie-Britannique. Là, je pourrais faire pousser des arbres et des cultures mixtes et élever des animaux (une pratique appelée agroforesterie) pour améliorer la sécurité alimentaire des communautés voisines.

Les forêts communautaires soutiennent la durabilité.

Je travaille actuellement à la Lower North Thompson Community Forest Society en tant qu’étudiant embauché pour l’été, ce qui est génial. L’organisation fait partie d’un réseau de forêts communautaires en Colombie-Britannique qui incarnent les trois piliers du développement durable : social, écologique et économique. Sa mission est d’agir en tant qu’intendant des ressources forestières pour assurer la durabilité environnementale et économique à long terme de cinq communautés dans le centre-sud de l’intérieur de la Colombie-Britannique.

L’un des aspects vraiment passionnants de ma collaboration avec la Lower North Thompson Community Forest Society est de pouvoir soutenir les forestiers et d’obtenir un apprentissage concret sur la foresterie durable. Ma description de poste est assez large : je plante des arbres, je fais de l’arpentage, je construis des tables de pique-nique et je fais du débroussaillage mécanique, ce qui consiste à enlever les plantes indésirables autour des arbres à l’aide d’une tondeuse à fil à lame circulaire.

L’organisation utilise aussi une scierie portable pour construire des cabanes, et j’aimerais parfaire mes connaissances dans ce domaine. Je terminerai bientôt mon apprentissage de menuisier et j’aimerais trouver des moyens d’intégrer le métier de menuisier à l’agroforesterie.

L’étude de la foresterie urbaine m’a permis de relier ma passion pour les communautés à ma passion pour les forêts.

Tout ce que je ferai cet été contribuera à la gestion durable de la forêt communautaire de la basse Thompson Nord et au soutien de la communauté locale. Mon emploi vert convient aussi parfaitement à mes études de premier cycle à l’UBC en foresterie urbaine, que je prévois terminer en 2021.

Tracer son chemin en période de perturbation.

Plusieurs de mes amis ont de la difficulté à trouver un emploi à cause de la COVID-19. On m’a demandé comment j’avais réussi à obtenir un si bon emploi. Il n’y a pas de réponse facile, mais je leur conseille surtout d’entrer en contact avec les gens et de créer des réseaux.

Mon travail, par exemple, est un poste du programme coopératif, et je ne suis même pas inscrit à ce programme. Mais, en raison de ma passion pour les forêts et les communautés, j’ai décidé de contacter la British Columbia Community Forest Association, qui m’a parlé de certains postes du programme coopératif par l’intermédiaire de l’UBC. J’ai convaincu le coordinateur du programme que j’étais la bonne personne et j’ai obtenu le poste. 

Suivez votre passion pour les forêts, et de bonnes choses se produiront.

Le programme Emplois verts d’APLA Canada est soutenu en grande partie par nos réseaux d’employeurs au Conseil canadien des parcs et Sustainable Forestry Initiative. Je vous recommande de consulter le Programme de mentorat pour les jeunes dans les forêts, la conservation et les parcs et le Sommet virtuel des emplois verts d’APLA Canada. APLA Canada est une initiative de SFI.

PLUS DE PROJECTEURS

Au travail pour faire d’Ottawa une ville plus verte

Par Émilie Grenier Je suis passionnée par tout ce qui concerne le plein air et la durabilité. Toute ma petite enfance, là où j’ai grandi en banlieue de Montréal, je passais la plupart de mes temps libres à faire de l’escalade, de la course, du ski, de la pagaie et…

LIRE LA SUITE

Moira Ijzerman, an Irrigation Technician with Baker Forestry Services, adjusting the irrigation system in a hoop house where she grew tamaracks.

Planter des arbres et aider l’Ontario à lutter contre les espèces envahissantes

  Par Moira Ijzerman L’entreprise Baker Forestry Services cultive quelques centaines d’espèces d’arbres et d’arbustes qui ont une chose importante en commun — ce sont toutes des espèces indigènes en Ontario. Selon le gouvernement de l’Ontario, il y a environ 1 200 espèces de plantes exotiques dans la province. Ces plantes ont été…

LIRE LA SUITE

Nicole Boyde, une aide-enseignante de la Chuntoh Education Society, en train de baguer un colibri.

La combinaison des connaissances écologiques traditionnelles et de la science occidentale pour enseigner aux jeunes

Par Nicole Boyde J’étais à l’école secondaire la première fois où j’ai eu le privilège d’apprendre au sujet de l’environnement auprès d’Anciens autochtones. Aujourd’hui, mon emploi vert me permet de continuer d’apprendre auprès d’eux et de me servir de leurs enseignements pour faire mieux comprendre le monde naturel à des élèves…

LIRE LA SUITE

Des scieries à la ligne de front des soins de santé : comment utiliser ses compétences transférables pour les soins infirmiers

 Par Mackenzie Kronemeyer Mon premier emploi de fin de semaine dans une scierie et une usine de granulés de bois de Canfor pendant mes études secondaires m’a donné confiance en moi et m’a permis de croire que j’avais ce qu’il fallait pour faire une carrière d’infirmière. Les équipes de nuit,…

LIRE LA SUITE

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER