fbpx

PROFILS DE JEUNES AU TRAVAIL

La combinaison des connaissances écologiques traditionnelles et de la science occidentale pour enseigner aux jeunes

15 octobre 2020

Nicole Boyde, une aide-enseignante de la Chuntoh Education Society, en train de baguer un colibri.

Nicole Boyde, une aide-enseignante de la Chuntoh Education Society, en train de baguer un colibri.

Par Nicole Boyde

Nicole a conçu cette affiche dont elle se sert dans ses exposés à des élèves de la maternelle à la 12e année à Fort St. John et dans les environs.

Nicole a conçu cette affiche dont elle se sert dans ses exposés à des élèves de la maternelle à la 12e année à Fort St. John et dans les environs.

J’étais à l’école secondaire la première fois où j’ai eu le privilège d’apprendre au sujet de l’environnement auprès d’Anciens autochtones. Aujourd’hui, mon emploi vert me permet de continuer d’apprendre auprès d’eux et de me servir de leurs enseignements pour faire mieux comprendre le monde naturel à des élèves de la maternelle à la 12e année. Nous travaillons avec des écoles de Fort St. John et des environs, dans le Nord-Est de la Colombie-Britannique.

Mon rôle d’aide-enseignante à la Chuntoh Education Society m’amène à faire des exposés dans des écoles. Nous utilisons, par exemple, des affiches qui présentent les espèces d’arbres locales par leur nom en dakelh, en anglais et en latin. Les membres de la nation Tl’azt’en sont appelés Dakelh.

Les affiches indiquent aussi la place qu’occupe chaque arbre dans les pratiques de subsistance de la culture traditionnelle. Par exemple, l’écorce et les bourgeons du « ts’itel » (le peuplier deltoïde) peuvent servir à traiter la fièvre et la congestion.

La combinaison des connaissances écologiques traditionnelles, des pratiques de subsistance culturelles et de la science occidentale

La mission de la Chuntoh Education Society est de concevoir et de présenter du contenu scientifique axé sur les lieux qui combine les aspects complémentaires des connaissances écologiques traditionnelles, des pratiques de subsistance culturelles et de la science occidentale. Je passe beaucoup de temps à l’extérieur à faire du travail de terrain pour des biologistes.

Le fait qu’il se fasse à l’extérieur est l’un des meilleurs aspects de mon travail, et aucun jour ne ressemble à un autre. Un jour, je peux être en forêt à apprendre d’Anciens. Un autre jour, je peux baguer des colibris pour aider un biologiste de la faune ou capturer des guêpes pour aider un entomologiste (un scientifique qui étudie les insectes).

Je récolte aussi de la résine de plantes avec laquelle je prépare des lames de microscope pour que les enfants puissent observer la nature de plus près. Je suis en train de créer une série de collections de résine. La résine peut ressembler à de la sève, mais ce n’en est pas. Elle peut être solide ou liquide et est produite par certains arbres et d’autres plantes pour fermer une blessure et se protéger contre les insectes et les maladies.

Aider les jeunes à envisager une carrière dans les sciences naturelles

Je suis fière que mon travail appuie l’objectif de la Chuntoh Education Society d’aider les jeunes continuent leurs cours de sciences à l’école secondaire. Nous les encourageons aussi à poursuivre des études postsecondaires en sciences naturelles pour qu’ils puissent revenir dans leur collectivité comme professionnels, enseignants, défenseurs ou entrepreneurs.

La Chuntoh Education Society a été fondée par la Forêt expérimentale John-Prince et la nation Tl’azt’en. La Forêt expérimentale John-Prince est située dans le Centre-Nord de la Colombie-Britannique, à environ deux heures de route au nord-ouest de Prince George. Elle se trouve dans le territoire traditionnel des Premières Nations Tl’azt’en et Nak’azdli et est aussi une forêt productive qui permet des récoltes écologiquement soutenables.

La Chuzghun Resources Corporation, un organisme à but non lucratif qui appartient à parts égales à la Première Nation Tl’azt’en et à l’Université du Nord de la Colombie-Britannique, mène l’opération. Couvrant plus de 16 000 hectares, il s’agit de l’une des plus grandes forêts expérimentales d’Amérique du Nord.

Un guide pour apporter les connaissances écologiques traditionnelles dans les écoles locales

Un des projets les plus formidables auxquels j’ai participé a été la production du document intitulé Guideline to Working with Dakelh Elders and Knowledge Holders in Education. Ce document est le fruit d’une collaboration entre des enseignants locaux, des détenteurs des connaissances écologiques traditionnelles et des Anciens, facilitée par le personnel de Chuntoh. Nous espérons que le guide permettra de rassembler les détenteurs des connaissances écologiques traditionnelles et les enseignants dans nos écoles locales.

Cet automne, j’ai commencé à étudier à temps partiel en vue d’obtenir un diplôme en écologie et aménagement forestiers de l’Université de la Colombie-Britannique. Je suis convaincue que mon travail à Chuntoh renforcera ce que j’apprends et que mes études amélioreront mon emploi vert, tandis que je poursuis une carrière en éducation environnementale.

Le Programme des emplois verts d’APLA Canada est soutenu en grande partie par nos réseaux d’employeurs au sein du Conseil canadien des parcs et de la Sustainable Forestry Initiative (SFI). Renseignez-vous sur notre programme de mentorat, nos webinaires et nos ressources d’orientation de carrière. APLA Canada est une initiative de SFI.

PLUS DE PROJECTEURS

Au travail pour faire d’Ottawa une ville plus verte

Par Émilie Grenier Je suis passionnée par tout ce qui concerne le plein air et la durabilité. Toute ma petite enfance, là où j’ai grandi en banlieue de Montréal, je passais la plupart de mes temps libres à faire de l’escalade, de la course, du ski, de la pagaie et…

LIRE LA SUITE

Moira Ijzerman, an Irrigation Technician with Baker Forestry Services, adjusting the irrigation system in a hoop house where she grew tamaracks.

Planter des arbres et aider l’Ontario à lutter contre les espèces envahissantes

  Par Moira Ijzerman L’entreprise Baker Forestry Services cultive quelques centaines d’espèces d’arbres et d’arbustes qui ont une chose importante en commun — ce sont toutes des espèces indigènes en Ontario. Selon le gouvernement de l’Ontario, il y a environ 1 200 espèces de plantes exotiques dans la province. Ces plantes ont été…

LIRE LA SUITE

Des scieries à la ligne de front des soins de santé : comment utiliser ses compétences transférables pour les soins infirmiers

 Par Mackenzie Kronemeyer Mon premier emploi de fin de semaine dans une scierie et une usine de granulés de bois de Canfor pendant mes études secondaires m’a donné confiance en moi et m’a permis de croire que j’avais ce qu’il fallait pour faire une carrière d’infirmière. Les équipes de nuit,…

LIRE LA SUITE

Comment La Rencontre D’un Grizzly A Confirmé Mon Choix De Carrière Verte

 Par Brennan Gow Une des choses que j’aime le plus dans le fait de travailler en forêt est la chance d’observer les animaux sauvages dans leur habitat naturel. Seulement en mai 2019, j’ai vu 20 ours noirs et 11 grizzlys en travaillant comme assistant de terrain pour Canfor, une organisation certifiée SFI, à Fort St. John,…

LIRE LA SUITE

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER