fbpx

Nouvelles

Des scieries à la ligne de front des soins de santé : comment utiliser ses compétences transférables pour les soins infirmiers

24 septembre 2020

Mackenzie Kronemeyer checking that equipment has been properly shut down during one of her custodial shifts in Canfor’s Houston, B.C. mill.

 Par Mackenzie Kronemeyer

Mon premier emploi de fin de semaine dans une scierie et une usine de granulés de bois de Canfor pendant mes études secondaires m’a donné confiance en moi et m’a permis de croire que j’avais ce qu’il fallait pour faire une carrière d’infirmière. Les équipes de nuit, le travail d’équipe et l’accent mis sur la sécurité à Canfor comprenaient certains défis, mais ils m’ont permis d’acquérir des compétences importantes que je savais que je pourrais appliquer une fois que je serais infirmière.

À l’automne, je reprendrai mes études d’infirmière pour une deuxième année dans le cadre du programme de collaboration entre le Collège de New Caledonia et l’Université du nord de la Colombie-Britannique.

Produits forestiers durables

Cet été, j’ai la chance de travailler à nouveau à plein temps à l’usine Canfor de Houston, en Colombie-Britannique, qui se trouve à environ 300 kilomètres à l’est de Prince-Rupert. Canfor est une

 organisation certifiée par SFI, et la scierie produit du bois d’œuvre de qualité supérieure (épinette-pin-sapin) à partir de forêts gérées de façon durable.

L’usine transforme également les résidus de la scierie en granulés de bois durables. Cela permet de réduire les déchets et de créer une source d’énergie verte. Les granulés de bois de qualité industrielle fournissent une énergie propre à partir de la biomasse à des clients en Europe, en Amérique du Nord et en Asie. L’usine de granulés de Houston, en Colombie-Britannique, qui appartient et est exploitée en partenariat avec Pinnacle Pellet et la bande indienne de Moricetown, produit 217 000 tonnes de granulés de bois industriels par an.

La COVID-19 retarde nos activités.

Je devais d’abord commencer à travailler à la fin du mois d’avril. On m’a ensuite informée à la mi-avril que le début des activités serait retardé au 7 mai, puis il a été à nouveau retardé au 25 mai en raison de la COVID-19.

Je me sens vraiment chanceuse d’avoir commencé le 25 mai. J’ai un travail formidable alors que d’autres jeunes que je connais ont du mal à trouver du travail et à se tenir occupés cet été. De plus, je gagne 29 $ l’heure, ce qui est un excellent salaire!

La transition d’un emploi vert à un emploi d’infirmier

Je passe beaucoup de temps à penser aux travailleurs de première ligne comme les infirmières en ces temps difficiles. Mon travail à Canfor comprend de nombreuses tâches de nettoyage et de verrouillage des équipements pour que la sécurité soit assurée partout. Cela m’aide à imaginer à quoi pourrait ressembler mon avenir en tant qu’infirmière.

Le travail d’équipe de mon emploi à Canfor est également très important. Je travaille avec un groupe de personnes qui étaient à l’école secondaire avec moi. Nous avons donc beaucoup de plaisir et nous pouvons plaisanter ensemble, et nous nous connaissons si bien que nous avons un niveau de confiance élevé les uns envers les autres.

Ce sentiment d’équipe et le fait de savoir qu’il faut compter sur les autres pour faire leur travail seront des aspects tout à fait naturels de mon métier d’infirmière. Cela montre bien que les parcours professionnels ne sont pas linéaires. Vous pouvez apprendre des choses vraiment utiles partout où vous travaillez, à condition de travailler dur et de garder l’esprit ouvert. Je suis impatiente d’utiliser certaines des compétences que j’ai acquises dans mon emploi vert pour me préparer à ma carrière d’infirmière.

Le programme Emplois verts d’APLA Canada est soutenu en grande partie par nos réseaux d’employeurs au Conseil canadien des parcs et SFI (Sustainable Forestry Initiative). Renseignez-vous sur le programme Mentorat pour les jeunes dans le secteur des forêts et de la conservation d’APLA Canada et les Sommets virtuels des emplois verts d’APLA Canada. APLA Canada est une initiative de SFI.

NOUVELLES CONNEXES

Mentorat d’un océan à l’autre

Andrew de Vries travaille dans le secteur de la forêt et de la conservation depuis plus de 30 ans. Bien qu’il ait encadré et géré des personnes dans le passé, il n’avait jamais participé à un programme de mentorat officiel avant de participer à #MonMentorVert. Ce résident de la Colombie-Britannique a…

LIRE LA SUITE

Comment appelles-tu cela?

Par Paul Robitaille, directeur, Relations avec les Autochtones et les jeunes Les moments les plus marquants de la vie se présentent parfois de la façon la plus simple et aux endroits les plus inattendus. Pour moi, ce moment s’est présenté sous la forme d’un seul mot au milieu d’une forêt,…

LIRE LA SUITE

Favorisons les partenariats, la prospérité et un meilleur avenir pour tous

Par Paul Robitaille, directeur, Relations avec les Autochtones et les jeunes « Le droit à la terre et à l’autonomie gouvernementale. Le droit à l’autodétermination. Ces causes valent dans toute société. » Étant Métis, cette affirmation faite par Jim Sinclair lors de la conférence de 1987 des premiers ministres me trotte souvent dans…

LIRE LA SUITE

Big Melt podcast cover

Les « gens qui écoutent les arbres » révèlent les secrets de la forêt sur le balado des Earth Rangers

Saviez-vous qu’un arbre de 48 mètres de haut et de 4,5 mètres de circonférence peut contenir l’équivalent d’environ un éléphant et demi en carbone (8 252 kilogrammes)? Sarah Marks, l’animatrice du balado « The Big Melt » des Earth Rangers, explore le rôle que jouent les forêts dans la lutte contre les changements…

LIRE LA SUITE

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER