fbpx

PROFILS DE JEUNES AU TRAVAIL

Suivre les traces de ma famille dans la forêt

08 avril 2020

Young man in a high vis vest, hard hat and gear stands on a hill with forest in the background.

Will Vukovic a travaillé comme technicien en sylviculture pour Mosaic Forest Management l’été dernier. Cette photo a été prise au lac Jump, près de Nanaimo, sur l’île de Vancouver.

Par Will Vukovic

Je crois que toute ma famille fait partie du secteur forestier. Mon père est forestier, ma mère a travaillé dans ce secteur et j’ai un oncle qui travaille pour le ministère des Ressources naturelles et des Forêts de l’Ontario.

Leurs carrières sont en grande partie à l’origine du diplôme de technologie forestière que j’ai obtenu à l’Université de l’Île de Vancouver. Grâce à eux, j’ai pu constater à quel point les gens du secteur ont travaillé dur pour que la responsabilité environnementale soit au cœur de la foresterie. Je veux perpétuer cette tradition.

Faire savoir à tous que les emplois forestiers sont des emplois verts

Je me vois avec d’autres personnes occuper des emplois verts en m’appuyant sur l’héritage de ma famille et en changeant la façon dont le monde perçoit la foresterie. De plus en plus de gens prennent conscience que les emplois forestiers sont des emplois verts.

L’été dernier, j’ai travaillé comme technicien en sylviculture pour Mosaic Forest Management. J’ai pu constater par moi-même à quel point cette entreprise accorde de l’importance à la durabilité. Mosaic s’est engagée à avoir une empreinte carbone neutre et elle possède la certification SFI. Les organisations qui ont la certification SFI doivent respecter des normes de durabilité élevées dans le cadre de leurs activités.

En tant que technicien en sylviculture, j’ai contribué au reboisement en dénombrant et en signalant les arbres et les limites. J’ai également travaillé avec des forestiers et j’ai accompli plusieurs autres tâches pour assurer la gestion durable de la forêt.

De la forêt à la salle de classe

Mon emploi de technicien en sylviculture pour Mosaic comportait beaucoup de responsabilités. Je devais prendre des décisions par moi-même sur la façon d’exécuter mon travail presque tous les jours. J’ai également pu acquérir une véritable expérience professionnelle qui m’a suivi en classe. Dans mes études, je dois appliquer des concepts écologiques et comprendre la biodiversité – le même genre de connaissances que j’ai pu mettre en pratique en travaillant pour Mosaic.

Pour l’instant, mon objectif est de poursuivre mes études et de devenir ingénieur forestier. Les ingénieurs forestiers contribuent à la conception, à la construction et à l’évaluation des opérations forestières. Ils construisent par exemple de nouvelles routes qui répondent aux normes environnementales et conçoivent des plans d’exploitation durable.

Le métier d’ingénieur divisionnaire serait le métier de mes rêves. Ces ingénieurs dirigent des équipes et conçoivent et construisent des réseaux routiers. De plus, leur nom est inscrit sur tous les documents et plans importants, ce qui représente une véritable responsabilité sur le terrain.

Un parcours professionnel en plein air

Essentiellement, je sais que peu importe où ma carrière me mènera, ce sera une carrière en plein air, dans un emploi vert. Je ne peux vraiment pas me passer du plein air. Quand je ne suis pas à l’école ou que je ne travaille pas, je fais du camping, de la pêche, de la randonnée, du ski – tout ce qui me faire sortir à l’extérieur.

Le programme Emplois verts d’APLA Canada est soutenu en grande partie par nos réseaux d’employeurs du Conseil canadien des parcs et de la Sustainable Forestry Initiative.

PLUS DE PROJECTEURS

Au travail pour faire d’Ottawa une ville plus verte

Par Émilie Grenier Je suis passionnée par tout ce qui concerne le plein air et la durabilité. Toute ma petite enfance, là où j’ai grandi en banlieue de Montréal, je passais la plupart de mes temps libres à faire de l’escalade, de la course, du ski, de la pagaie et…

LIRE LA SUITE

Moira Ijzerman, an Irrigation Technician with Baker Forestry Services, adjusting the irrigation system in a hoop house where she grew tamaracks.

Planter des arbres et aider l’Ontario à lutter contre les espèces envahissantes

  Par Moira Ijzerman L’entreprise Baker Forestry Services cultive quelques centaines d’espèces d’arbres et d’arbustes qui ont une chose importante en commun — ce sont toutes des espèces indigènes en Ontario. Selon le gouvernement de l’Ontario, il y a environ 1 200 espèces de plantes exotiques dans la province. Ces plantes ont été…

LIRE LA SUITE

Nicole Boyde, une aide-enseignante de la Chuntoh Education Society, en train de baguer un colibri.

La combinaison des connaissances écologiques traditionnelles et de la science occidentale pour enseigner aux jeunes

Par Nicole Boyde J’étais à l’école secondaire la première fois où j’ai eu le privilège d’apprendre au sujet de l’environnement auprès d’Anciens autochtones. Aujourd’hui, mon emploi vert me permet de continuer d’apprendre auprès d’eux et de me servir de leurs enseignements pour faire mieux comprendre le monde naturel à des élèves…

LIRE LA SUITE

Des scieries à la ligne de front des soins de santé : comment utiliser ses compétences transférables pour les soins infirmiers

 Par Mackenzie Kronemeyer Mon premier emploi de fin de semaine dans une scierie et une usine de granulés de bois de Canfor pendant mes études secondaires m’a donné confiance en moi et m’a permis de croire que j’avais ce qu’il fallait pour faire une carrière d’infirmière. Les équipes de nuit,…

LIRE LA SUITE

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER