PROFILS DE JEUNES AU TRAVAIL

Mon été écolo en compagnie de joyeux jeunes campeurs

24 janvier 2020

Une femme souriante, debout devant un arbre avec une montagne en arrière-plan.

Pour Nicole Mylnikov, il n’y a rien de mieux qu’une sortie en forêt. Photo de: Nicole Mylnikov

Par Nicole Mylnikov

L’été dernier, j’avais l’emploi vert idéal : aider les jeunes à s’amuser dans la nature.

J’étais monitrice au camp de jeunes Evans Lake, qui est géré par la Evans Lake Forest Education Society est une organisation sans but lucratif (et ancienne récipiendaire d’une subvention communautaire SFI) qui a pour mandat d’organiser des activités éducatives en milieu forestier pour les enfants et les adolescents. Le calendrier d’activités est fondé sur le programme éducatif en plein air Eco-Fun (éco-plaisirs) qui a été développé au camp Evans Lake.

Découvrir les merveilles de la forêt

En tant que monitrice, mon rôle était d’aider mes jeunes campeurs à découvrir les merveilles de la forêt, en plus de leur enseigner les rudiments de la survie en forêt, les techniques de base du canotage et autres activités. Le programme éco-plaisirs a pour but d’aider les jeunes à découvrir les joies du plein air, à apprendre des notions de base en environnement et à bien voir et apprécier le monde qui les entoure.

Nous aidons nos jeunes campeurs à comprendre le rôle de la forêt dans la vie de tous les jours, même quand on habite en ville. Beaucoup de jeunes ne savent pas que la forêt contribue aux choses essentielles de la vie, par exemple en purifiant l’eau que nous buvons et l’air que nous respirons.  

Il y a beaucoup d’idées fausses à corriger au sujet de la forêt. La leçon du programme éco-plaisirs qui traite des incendies de forêt est un bon exemple. La plupart des campeurs croient que les incendies de forêt sont totalement négatifs. Mais en faisant une sortie en forêt pour montrer les grandes étapes de la succession forestière et de la régénération, les jeunes voient que de nouvelles plantes et de nouveaux arbres poussent très bien après l’incendie. Alors, ils commencent à voir l’écosystème forestier d’un autre œil.   

Apprendre en s’amusant pour mieux apprendre

Au camp Evans Lake, nous croyons qu’il faut mettre les mains à la pâte pour bien apprendre. C’est ce qui ajoute le « plaisir » à « éco-plaisirs ». Nous amenons les jeunes en forêt pour aider à réaliser des projets de réhabilitation de ruisseaux, de construction de refuges, de réduction de l’érosion, de conservation de la faune et d’autres travaux d’aménagement forestier.

Le programme éco-plaisir veut aussi aider les jeunes à comprendre qu’il serait mieux d’attacher une plus grande importance au milieu naturel qu’aux biens matériels qui nous obsèdent. Nous demandons aux campeurs de laisser leurs appareils électroniques à la maison, pour pouvoir profiter pleinement de leur expérience en pleine nature.

La jeune campeuse devenue monitrice de campeurs

L’été 2019 était ma dixième année au camp Evans Lake, à 15 km au nord de Squamish, en Colombie-Britannique. Le camp se situe au bord d’un splendide lac de montagne entouré de forêts. Comme bien des jeunes, j’ai été longtemps campeuse pour ensuite devenir monitrice.

Au cours de l’été 2020, j’espère y retourner comme instructrice du camp d’aventures en plein air (Outdoor Adventure Kamp – OAK). Ce programme, qui s’adresse aux adolescents de 13 à 16 ans, vise à donner aux jeunes l’expérience et les habiletés requises pour explorer l’arrière-pays en randonnée pédestre et en canot. Ce serait une expérience inoubliable que j’aimerais bien ajouter à mon CV.   

Mon but ultime est de bâtir sur mon amour de la nature et du plein air pour devenir avocate spécialisée en droit environnemental. À cette fin, je poursuis des études de premier cycle à l’Université de Victoria avec double spécialisation en sciences politiques et études environnementales. Pour l’instant, j’ai obtenu un différé jusqu’en 2021 pour un voyage en Asie. Je vais enseigner le ski au Japon cet hiver, pour ensuite retourner à Evans Lake en début d’été.

Le programme des emplois verts d’APLA Canada est appuyé en grande partie par nos réseaux d’employeurs associés au Conseil canadien des parcs et à la Sustainable Forestry Initiative.

RELATED NEWS

Expériences sauvages rapprochées et personnelles

Morgan Conrad est assistant de recherche sur la faune à la Chuzghun Resources Corporation en Colombie-Britannique. Une partie de son travail porte sur la capture et la libération d’animaux vivants comme ce lynx. Par Morgan Conrad La sensation de tenir un lynx vivant dans mes bras restera avec moi pour…

LIRE LA SUITE

Young man in a high vis vest, hard hat and gear stands on a hill with forest in the background.

Suivre les traces de ma famille dans la forêt

Par Will Vukovic Je crois que toute ma famille fait partie du secteur forestier. Mon père est forestier, ma mère a travaillé dans ce secteur et j’ai un oncle qui travaille pour le ministère des Ressources naturelles et des Forêts de l’Ontario. Leurs carrières sont en grande partie à l’origine…

LIRE LA SUITE

Calli debout dans une forêt tenant un bois d'orignal

Protéger les parcs et les berges : coup de projecteur sur les emplois verts d’APLA Canada

Par Calli Burke J’ai toujours voulu travailler en application des lois environnementales, en pleine nature, et j’ai eu la chance de le faire en compagnie d’agents de conservation et de policiers l’été dernier.    J’ai eu un emploi vert à la société de protection de la nature Kawartha, à Lindsay,…

LIRE LA SUITE

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER