fbpx

Nouvelles

Donner au suivant : Agir comme mentor vert pour transmettre le savoir aux futurs chefs de file en foresterie

21 juin 2021

Headshots of Lacey Rose and Julie Antler

Un article de Lacey Rose, forestière en chef, comté de Renfrew

À mes débuts en foresterie, j’ai eu le plaisir et la très grande chance d’être encadrée par des collègues aussi aimables que compétents. Comme le veut le profil démographique actuel de notre secteur d’activité, je suis souvent d’au moins 20 ans la plus jeune de l’équipe, ce qui m’a donné l’occasion d’apprendre mon métier de gens qui comptent des dizaines d’années d’expérience de plus que moi. En plus de me transmettre des connaissances pratiques, mes mentors m’ont donné confiance en début de carrière au moment où je n’étais pas très sûre de moi. C’est très encourageant d’avoir quelqu’un qui nous fait confiance quand on traverse des moments d’incertitude!

Je crois que mon parcours professionnel a été rendu possible grâce aux excellents mentors qui m’ont encouragé en cours de route, y compris Kathy Abusow, présidente-directrice générale d’Apprendre par les arbres Canada (APLA Canada) et de la Sustainable Forestry Initiative (SFI), qui a su m’écouter et me donner de précieux conseils au cours des dernières années.  

Je crois aussi qu’il est important de « rendre la pareille au suivant ». Ça me fait toujours plaisir lorsque des étudiants ou des jeunes travailleurs en début de carrière m’approchent pour discuter de leur parcours professionnel. Je parle volontiers de mes expériences, mais je suis d’autant plus curieuse d’entendre leurs projets d’avenir. Et puisque tout cela m’intéresse vraiment, j’ai décidé de m’inscrire au programme des mentors verts d’APLA Canada.

APLA Canada, une initiative de SFI, a lancé son programme de mentorat pour aider les jeunes (18 à 30 ans) à approfondir leurs connaissances du milieu des forêts et de la conservation, préciser leurs objectifs de carrière et élargir leurs réseaux de contacts dans le domaine. Le programme de mentorat utilise un algorithme des plus sophistiqués pour jumeler les jeunes participants avec des professionnels du milieu des emplois verts en évaluant les caractéristiques personnelles, les objectifs professionnels, les intérêts personnels et autres facteurs importants.

Je travaille dans le secteur des emplois verts depuis 15 ans déjà. Je suis présentement la forestière en chef du comté Renfrew. À ce titre, je suis responsable de l’aménagement des forêts qui relèvent de l’administration municipale, de la prestation de programmes d’éducation forestière et de sensibilisation aux écoles et aux organisations communautaires, le tout à l’appui de l’industrie forestière de la région. Pour mériter ce poste, j’ai acquis de l’expérience dans plusieurs emplois, en commençant par des emplois étudiants pour des entreprises forestières dans la forêt boréale. J’ai aussi été stagiaire au gouvernement de l’Ontario et j’ai produit un plan d’aménagement forestier pour un producteur forestier certifié selon les normes SFI dans la région du Centre de l’Ontario.

Dans le cadre du programme de mentorat vert d’APLA Canada, j’ai été jumelée avec Julie Antler, récente diplômée du programme d’études de premier cycle en foresterie de l’Université Lakehead.

Comme d’autres jeunes de son âge dont j’ai eu le plaisir de faire connaissance dernièrement, je me suis réjouie de voir en Julie un modèle exemplaire de la génération montante de chefs de file du domaine des forêts et de la conservation. Elle fait partie de ceux qui apportent les nouvelles idées et les nouvelles façons de faire qui vont continuer de faire avancer les pratiques écologiques dans notre secteur d’activités.

Julie et moi avons mené des échanges informels, selon les besoins. Nous avons discuté des choix qui s’ouvraient à elle, en plus de partager de l’information et des ressources.

De mon point de vue, l’aspect le plus intéressant de l’expérience de mentorat a été de voir « ma » mentorée réussir. Julie a vécu beaucoup d’expériences enrichissantes depuis le début de notre mentorat il y a un an déjà. C’est une jeune femme très proactive et a su faire ce qu’il faut pour se rendre une candidate idéale pour les emplois qu’elle postule. Elle occupe présentement le poste d’aménagiste forestière subalterne / forestière professionnelle inscrite stagiaire pour la société Bancroft Minden Forest Company Inc. Julie nous a dit :

« Lacey m’a donné de précieux conseils qui m’ont grandement aidé dans mon cheminement personnel et professionnel. J’étais à mes débuts en tant que nouvelle diplômée, et elle m’a aidée dans ma recherche d’emplois, dans la rédaction de mon CV et dans la préparation des entrevues. Elle m’a dressé un portrait intéressant de l’industrie forestière lorsqu’elle était en début de carrière, et elle m’a très bien décrit les étapes qu’elle a dû franchir pour parvenir là où elle est rendue en tant que forestière. Sa présence et son soutien constant m’ont été d’une valeur inestimable. Je crois qu’il est très important de promouvoir les relations de mentorat, particulièrement dans notre domaine, et de bien appuyer les jeunes professionnels qui débutent dans le secteur forestier. »

À mon avis, le programme de mentorat d’APLA Canada ne comporte que des avantages, alors j’invite tous ceux qui le peuvent à s’inscrire comme mentoré sans hésiter.

La relation de mentorat comporte aussi de nombreux avantages pour les mentors. Ça vous donne l’occasion de faire connaissance d’une jeune personne qui est à ses débuts dans notre secteur d’activité, vous leur donnez quelques précieux conseils et vous regardez une carrière prendre son envol. C’est très enrichissant au plan personnel.

De mon côté, ça m’invite à penser à tous ceux qui m’ont aidé en cours de route – et j’en profite souvent pour prendre contact et leur dire merci! Faire profiter les jeunes de notre savoir et de notre expérience est le meilleur moyen d’assurer l’épanouissement des prochains chefs de file du domaine des forêts et de la conservation. 

Programme des mentors verts d’APLA Canada

La participation au programme de mentorat représente un engagement de six mois qui comprend une rencontre de deux à trois heures par mois, en personne ou virtuellement. Le programme a pour but premier de guider les jeunes professionnels dans leur chemin de carrière dans le secteur forestier. Le programme cherche aussi à favoriser la diversité en aidant les jeunes désavantagés à surmonter leurs obstacles et obtenir des emplois dans le secteur forestier.

Cet article figurent également dans The Working Forest.

NOUVELLES CONNEXES

Screen capture of Jenny's video

APLA Canada lance une nouvelle série de vidéos pour présenter les carrières dans le secteur forestier aux jeunes Canadiens

Les jeunes Canadiens peuvent maintenant découvrir les carrières dans le secteur de la forêt et de la conservation grâce à la nouvelle série de vidéos d’Apprendre par les arbres Canada (APLA Canada). La première vidéo de la série de sept est diffusée aujourd’hui (en anglais seulement) pour célébrer la Semaine…

LIRE LA SUITE

A young woman looking at a body of water

Renseignez-vous sur les bourses d’études pour étudiants dans le secteur des forêts et de la conservation!

Nous avons dressé la liste de quelques bourses et prix canadiens dont les dates limites de soumission des demandes approchent et qui s’adressent aux étudiants qui étudient dans le secteur des forêts et de la conservation.

LIRE LA SUITE

Mentee Terron James and Mentor Pascale Ouellette

Les meilleurs mentorats vont dans les deux sens

        Terron James (à gauche), technicienne en sylviculture, Greenmantle Forest Inc., et Pascale Ouellette (à droit), coordonnatrice des activités de liaison, Conseil des espèces envahissantes du Nouveau-Brunswick, pendant l’un de leurs appels Zoom périodiques. Questions et réponses avec la mentorée Terron James et la mentore Pascale Ouellette…

LIRE LA SUITE

Shuya Huang sits in a field of flowers

Difficultés, persévérance et succès : Trouver un emploi vert au Canada en tant que nouvelle arrivante

Un article de Shuya Huang Le Canada prévoit accueillir plus de 300 000 nouveaux immigrants annuellement au cours des prochaines années. Mais en 2020, environ 13,5% des nouveaux arrivants au Canada (les personnes qui sont au Canada depuis moins de cinq ans) étaient sans emploi. Et ce chiffre ne tient…

LIRE LA SUITE

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER