Nouvelles

Mon expérience en tant que représentante d’APLA Canada au congrès annuel 2020 de Forêts Ontario

23 mars 2020

amy hall and three young men in front of PLT Canada conference booth

Amy Hall (première à gauche) et les autres membres de la délégation jeunesse du programme des emplois verts d’APLA Canada au congrès annuel 2020 de Forêts Ontario.

Un article d’Amy Hall, participante au programme des emplois verts pour les jeunes d’APLA Canada

Être jeune et sur la ligne de départ de son cheminement de carrière, c’est très intimidant. Et même quand on sait où on veut aller, ce n’est pas facile de prendre les premiers pas.  

Déjà, à mon jeune âge, on m’a souvent dit ne pas m’inquiéter, que tout va s’arranger, que chaque expérience que je vis et chaque personne que je rencontre en cours de route m’aideront à orienter mon parcours professionnel. Je crois sincèrement que tout cela est bien vrai, et j’ai rencontré récemment des gens qui m’ont aidé à préciser mon choix de carrière.

En tant que participante au programme des emplois verts au cours de l’été 2019, APLA Canada m’a offert la possibilité d’obtenir une bourse pour assister au congrès annuel 2020 de Forêts Ontario à Alliston (Ontario) en compagnie d’autres « vétérans » des emplois verts.   

L’union fait la force

Qu’est-ce que je retire du congrès? J’ai été inspirée. J’ai fait de nouveaux amis. J’ai beaucoup appris. Une belle expérience.

Le Congrès annuel 2020 de Forêts Ontario a débuté avec la Journée jeunesse, qui a rassemblé plus de 80 jeunes de divers milieux. C’était très motivant d’être entouré des jeunes de mon âge qui partagent ma passion pour la conservation et les forêts. Ça m’a donné beaucoup d’espoir pour mon parcours professionnel et pour l’avenir.

Plus tard dans la journée, nous avons participé à des activités de réseautage, où j’ai eu la chance de rencontrer des professionnels du domaine des forêts et de la conservation. J’ai eu des conversations très enrichissantes au sujet de mes études et de mon choix de carrière. J’ai eu des discussions sérieuses avec des experts au sujet d’enjeux liés à la conservation. Et j’ai bien rigolé avec de nouvelles connaissances qui sont vite devenues de bons amis.

Des professionnels de l’industrie de la forêt et de la conservation nous ont parlé de leurs cheminements de carrière – j’ai été surprise d’entendre que certains ont pris des décisions en cours de route qui ne figuraient pas du tout dans leurs plans originaux. J’ai réalisé qu’il faut toujours garder l’esprit ouvert, car ces changements de cap imprévus peuvent ouvrir la voie à des possibilités encore plus enrichissantes.

Un intérêt grandissant

business cars, event booklet, and name badge in lanyard.

Ma trousse de déléguée, incluant des cartes professionnelles personnalisées, gracieuseté d’APLA Canada.

Le congrès comme tel a été pour moi un véritable tourbillon d’apprentissages.

J’ai assisté à des présentations sur l’écologie, la remise en état des écosystèmes et les produits de plastique non réutilisables, trois sujets qui me passionnent énormément. J’ai aussi écouté des présentations sur le financement des activités de conservation et l’architecture écologique. Ce sont des sujets que je ne connais pas beaucoup, mais c’était très intéressant.

Les conférenciers et les autres participants du congrès évoluent dans divers domaines, et la journée était remplie à craquer d’expériences d’apprentissage. J’ai entendu un conférencier dire ceci, et ça m’a resté dans l’esprit : « Si quelqu’un vous offre l’occasion de relever un défi, ne vous posez pas de questions, dites oui. Si vous ne savez pas comment vous y prendre pour faire le travail demandé, apprenez-le. Point à la ligne. » Cette idée m’a vraiment marquée. Si quelqu’un vous demande de faire quelque chose, c’est parce que cette personne croit que vous en êtes capable. Il faut arrêter de se sous-estimer. Faites-vous confiance. Chaque expérience vécue vous prépare pour le prochain défi. Un peu plus difficile, beaucoup plus enrichissant.

Mon cheminement de carrière

Parfois, quand je pense à mon cheminement de carrière, je me sens un peu stressée et seule au monde. Toutefois, c’est rassurant et valorisant d’être en contact avec des gens qui suivent un parcours semblable.

Mon message aux jeunes de mon âge est assez simple. N’ayez pas peur d’essayer. Profitez de chaque occasion qui vous est offerte. Faites des demandes de bourses d’études. Participez à des colloques. Posez des questions. Même si c’est intimidant. Chaque expérience vous donnera une idée plus claire de la voie à suivre.   

Mon expérience du congrès 2020 de Forêts Ontario m’a indiqué que j’en ai encore beaucoup à apprendre. Je suis certaine que je vais continuer d’apprendre tout au long de ma carrière. Ça m’a aussi indiqué que même si la vie impose parfois un petit détour, chaque expérience m’amènera éventuellement là où je veux aller. Et qui sait, je pourrais me retrouver à une destination totalement inattendue, mais d’autant plus enrichissante. On verra bien.

À propos d’Amy Hall

Amy Hall in a canoe holding a big turtle.

Amy Hall est récemment diplômée de l’Université de Guelph, où elle a obtenu un baccalauréat ès sciences en biologie de la faune et conservation. Elle travaille à Parcs Ontario depuis cinq ans déjà, où elle a eu plusieurs emplois liés à la gestion des ressources naturelles, y compris l’échantillonnage et le contrôle de plusieurs variétés de plantes et d’espèces animales en péril. Amy exerce présentement les fonctions de chef d’équipe en gestion des ressources au parc provincial Pinery. À ce jour, la majeure partie de ses activités bénévoles et professionnelles a été axée sur l’étude des reptiles et des amphibiens, avec un accent particulier sur les tortues. Elle a eu la chance d’effectuer des travaux de recherche et de suivi en milieu naturel à travers les régions du sud et du centre de l’Ontario. Suivez Amy dans Instagram.

NOUVELLES CONNEXES

dawn carr headshot

La directrice exécutive du Conseil canadien des parcs se joint au conseil d’administration de la Sustainable Forestry Initiative

« Je suis ravie de me joindre au conseil d’administration de SFI et APLA Canada. C’est une occasion rêvée de contribution à une organisation qui est fermement engagée envers la durabilité et la formation des futurs chefs de file de l’aménagement forestier et de la conservation », indique Dawn Carr.

LIRE LA SUITE

Comment vous préparez-vous à une carrière au XXIe siècle

Un récent rapport de l’Institut Brookfield pour l’innovation affirme que 42 % des emplois risquent grandement d’être touchés par l’automatisation. Le secteur de la forêt et de la conservation ne fera pas exception. Pensons, par exemple, aux drones planteurs d’arbres. Ce sont particulièrement les jeunes de 15 à 24 ans qui en…

LIRE LA SUITE

cover of the guide

APLA Canada souligne les expériences d’Autochtones dans le secteur vert

Pour la Journée nationale des peuples autochtones, la publication A Guide to Green Jobs in Canada: Voices of Indigenous Professionals (« Guide des emplois verts au Canada – Expériences de professionnels autochtones ») d’Apprendre par les arbres Canada (APLA Canada) rend hommage à douze professionnels autochtones de partout au pays. Le Guide…

LIRE LA SUITE

Une femme adulte inspecte une roche à l'extérieur avec deux petits enfants et une loupe

10 trucs pour aider les enfants à explorer la nature

Vive le printemps! La nature se réveille, les journées s’allongent, c’est un nouveau début. Voici 10 bons trucs pour aider les éducateurs et les parents à intéresser les enfants à la nature et au plein air.

LIRE LA SUITE

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER