fbpx

Nouvelles

Donner au suivant

05 février 2020

photo de la tête et des épaules de Lucas portant un t-shirt qui dit

Par Lucas DePerry, Stagiaire en relations avec les jeunes et les autochtones, APLA Canada

Mes premiers souvenirs

J’ai passé les premières années de ma vie dans la communauté d’origine de ma famille, la Première Nation no 77 de Ginoogaming, dans le nord de l’Ontario. Parmi mes premiers souvenirs, je me rappelle que j’étais dehors dans la nature et que je vérifiais les pièges à collets avec mon grand-père. Il m’a appris que si voulions réussir, nous devions récolter l’animal en entier. Une fois que nous avions pris ce dont nous avions besoin, nous donnions le reste aux autres familles de la communauté. Je me souviens aussi d’avoir fait un délicieux pain frit avec ma grand-mère. Bien que je n’aie jamais été doué pour cela, je savais combien il était important de partager ces moments avec elle.

Quand j’avais à peine 5 ans, ma famille a déménagé à Thunder Bay, dans le nord de l’Ontario. Nous pensions que la ville offrirait de meilleures possibilités d’études et de meilleurs soins de santé que ce que la réserve pouvait nous offrir. Depuis, je vis à Thunder Bay. Déménager en ville n’a pas été facile pour moi. À l’école, j’étais souvent exclu lors des travaux de groupe et des autres activités de la classe. J’avais l’impression que les autres élèves ne m’aimaient pas parce qu’ils pensaient que j’étais différent. Avec le recul, je sais maintenant que c’est un défi auquel sont confrontés de nombreux jeunes des Premières Nations à l’école et sur le marché du travail.

Trouver ma passion

Les choses ont commencé à changer rapidement pour moi en 2016. Cet été-là, j’ai été invité à rejoindre le Outland Youth Employment Program (OYEP) – mon premier emploi d’été! L’OYEP est un programme de six semaines qui informe les jeunes Autochtones sur les possibilités d’études et de carrière dans les secteurs des ressources naturelles. Au cours de l’été, nous obtenons des certificats et des crédits d’études secondaires, nous visitons des forêts, des usines, des collèges et des universités, et nous travaillons dans la forêt en plantant des arbres et en éclaircissant les broussailles.

Nous nous réveillons chaque matin de bonne heure. Nous sommes dehors tous les jours. Peu importe le temps qu’il fait ou la quantité d’insectes! Malgré le dur labeur, ou peut-être grâce à lui, ce premier été, j’ai beaucoup appris sur moi-même. J’ai appris l’importance d’un horaire quotidien régulier. J’ai appris que j’aime vraiment travailler dur. J’ai aussi appris que j’aime gagner de l’argent!

Après avoir terminé ma deuxième année en tant que garde forestier, j’ai rejoint l’équipe du personnel d’OYEP en tant que chef d’équipe en formation. En 2020, j’occuperai ce poste pour un troisième été. Ce rôle m’a aidé à m’épanouir de bien des façons. Je me suis découvert des compétences en leadership. Je peux prendre des initiatives lorsque je fais du travail de groupe. Et je suis devenu une personne qui n’a pas peur de parler. J’ai également découvert ma passion pour le travail avec les jeunes, ce que je n’aurais jamais découvert sans l’OYEP.

Lorsque ce ne sont pas les vacances d’été, je travaille en loisirs parascolaires à l’école secondaire Dennis Franklin Cromarty (DFC) à Thunder Bay. L’école DFC est une école secondaire entièrement réservée aux Premières Nations qui dessert des communautés éloignées de tout le nord de l’Ontario. Elle donne aux jeunes la possibilité d’obtenir leur diplôme d’études secondaires. J’ai commencé à occuper ce poste en 2018 après mon premier été en tant que chef d’équipe en formation au sein d’OYEP. Mon travail en loisirs ressemble beaucoup à celui que j’occupe au sein d’OYEP. Les deux m’ont aidé à grandir en tant que personne et à être un meilleur modèle pour les jeunes avec lesquels je travaille.

Lucas portant des lunettes de soleil lors d'un festival de musique

Au rassemblement musical Blueberry Jam 2019 à Flin Flon, au Manitoba

Donner au suivant

Au cours des six prochains mois, je travaillerai comme agent de liaison pour les jeunes avec Outland, le projet APLA (Apprendre par les arbres) Canada et SFI (Sustainable Forestry Initiative). L’été dernier, les trois organisations ont signé un accord de partenariat et de collaboration pour offrir différentes possibilités aux jeunes Autochtones. Dans le cadre de ce partenariat, chaque organisation s’est engagée à aider encore plus de jeunes Autochtones à participer au OYEP. Les organisations travailleront également ensemble pour trouver de nouvelles façons de mieux soutenir les jeunes Autochtones dans leurs études et leur carrière. Dans mon nouveau rôle, je contribuerai à donner vie à ce soutien!

J’ai vraiment hâte de poursuivre ma propre croissance professionnelle grâce à mon travail avec Outland, APLA Canada et SFI. J’espère m’épanouir en tant que leader et acquérir de grandes compétences en communication. J’espère aussi réussir à parler devant des foules plus importantes et à faire preuve de confiance dans mes échanges avec mes collègues lors d’événements. Mais surtout, j’espère aider encore plus de jeunes Autochtones à découvrir les mêmes possibilités exceptionnelles qui m’ont été offertes!

NOUVELLES CONNEXES

Le Programme de mentorat vert d’APLA Canada réunit des jeunes et des forestiers professionnels

Comme jeune femme au début de son parcours professionnel, Sky Jarvis n’était pas certaine qu’elle et son mentor vert Ken Price, qui a 25 ans d’expérience, allaient bien ensemble. Toutefois, leurs échanges au sujet de leur amour commun de la pêche à la mouche leur ont permis de briser la glace…

LIRE LA SUITE

paysage de forêt

La SFI et APLA Canada saluent les investissements dans les emplois verts et deux milliards d’arbres annoncés dans l’Énoncé économique de l’automne

Kathy Abusow, présidente-directrice générale de la Sustainable Forestry Initiative (SFI), a fait la déclaration ci-dessous après la présentation de la mise à jour économique et financière le lundi 30 novembre : « La SFI et Apprendre par les arbres Canada (APLA Canada) félicitent le gouvernement d’augmenter son investissement dans la Stratégie emploi et compétences jeunesse et…

LIRE LA SUITE

Mentorat d’un océan à l’autre

Andrew de Vries travaille dans le secteur de la forêt et de la conservation depuis plus de 30 ans. Bien qu’il ait encadré et géré des personnes dans le passé, il n’avait jamais participé à un programme de mentorat officiel avant de participer au programme de mentorat vert d’APLA Canada. Ce résident…

LIRE LA SUITE

« Cela a changé ma vie » – Un programme de mentorat aide les jeunes à trouver leur voie vers une carrière verte.

Catherine Langille n’avait pas établi de projets d’avenir définitifs, mais après avoir travaillé quelques années en tant que jeune des emplois verts d’Apprendre par les arbres Canada (APLA Canada) au sein du programme OYEP, elle savait qu’elle voulait occuper un emploi vert. Mark Kmill, qui supervise la division Est du…

LIRE LA SUITE

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER