Nouvelles

Se forger une carrière dans le secteur forestier

07 octobre 2020

Par Paul Robitaille, directeur, Relations avec les Autochtones et les jeunes

À l’école secondaire, on m’a dit que j’obtiendrais mon diplôme d’études secondaires, puis un diplôme universitaire, que je trouverais une voie professionnelle et que je prendrais ma retraite… jeune, si possible.

Mais à la sortie de l’université, je n’étais qu’un jeune parmi d’autres avec un diplôme et peu de compétences professionnelles. Des semaines de recherche d’emploi m’ont amené à remettre en question ma situation et mes décisions. Une formation universitaire n’était-elle pas un gage de succès pour trouver un bon emploi? Est-ce que j’avais dévié de la voie de cette réussite professionnelle qui avait fait ses preuves? Ou est-ce que j’avais été mal informé?

Puis, un jour, je suis tombé sur un article de la revue Maclean’s qui invitait les Canadiens dans la forêt. L’article expliquait que des postes devaient être pourvus de toute urgence avant qu’une vague imminente de départs à la retraite des baby-boomers ne décime les rangs du secteur.

Pour quelqu’un qui a pratiquement grandi dans la forêt, je me suis rendu compte que l’image que je me faisais de la foresterie au Canada, veste à carreaux et hache, était dépassée. Qui aurait cru que c’était encore une carrière possible? Il était peut-être temps pour moi de remettre ma veste à carreaux et de tenter l’expérience!

Paul Robitaille, à gauche et portant une veste à carreaux

Paul Robitaille, à gauche et portant une veste à carreaux

À ma grande chance, la Nation métisse de l’Ontario (MNO) avait récemment lancé un programme conçu exactement pour des gens comme moi, désireux de travailler, mais ayant besoin d’une formation adaptée à l’emploi. Avec le soutien total de la MNO, je suis allé suivre le programme de technicien forestier au Collège Confederation.

Cela a donné le coup d’envoi à mon nouveau parcours professionnel. Sans destination précise, bien plus désordonné que celui qui m’avait été vendu à l’école secondaire, mais guidé par le désir d’accumuler des expériences, des compétences et des connaissances qui me permettraient de me rendre où je voulais aller. Je me suis permis d’explorer, de suivre de nouveaux intérêts et de nouvelles opportunités, d’acquérir des compétences uniques, tout en découvrant ce qui me rendait le plus heureux et m’apportait le plus de satisfaction tout au long de ma route. 

Aujourd’hui, en ma qualité de directeur des Relations avec les Autochtones et les jeunes à la Sustainable Forestry Initiative (SFI) et au Programme Apprendre par les arbres Canada (APLA Canada), je peux utiliser mon expérience pour aider d’autres jeunes à suivre leur propre voie vers le succès, peu importe ce que cela signifie pour eux. Je leur fournis des conseils comme ceux dont j’avais besoin lorsque j’étais à leur place.

youth walking along the road

Jeunes du programme OYEP terminant leur journée de travail

Des programmes de formation avant emploi aux possibilités de service communautaire après emploi, chaque programme, service et outil de soutien que nous fournissons est un tremplin qu’un jeune peut utiliser pour suivre son propre cheminement de carrière.

Des ressources gratuites comme les fiches d’information sur les carrières et le guide des emplois verts au Canada (Guide to Green Jobs in Canada: Voices of Indigenous Professionals) soulignent la diversité d’emplois verts offerts dans le secteur des forêts et de la conservation. Des Webinairescours en ligne, et le financement des compétences aident les jeunes à renforcer leurs compétences professionnelles. Les subventions d’équipement prêt à l’emploi peuvent contribuer à éliminer les obstacles à l’emploi. Le jumelage des salaires dans le cadre des emplois verts permet aux jeunes d’acquérir une expérience professionnelle rémunérée. Les services de bien-être mental veillent à ce que les jeunes soient soutenus en cours de route. Les expériences de mentorat et les bourses participation aux conférences aident les jeunes à jouer un rôle plus important et plus intéressant. De plus, le programme d’ambassadeurs des emplois verts d’APLA Canada aide les jeunes à redonner à la communauté en faisant du service communautaire. Il s’agit d’un système de soutien global et bien équilibré qui permet aux jeunes Autochtones de s’engager dans la forêt et d’y mener une carrière enrichissante.

Comme dans la forêt elle-même, il n’y a pas de bon ou de mauvais chemin vert. Il n’y a que votre parcours vert.

Alors, vivez de nouvelles expériences. Faites ce qui vous passionne le plus. N’ayez pas peur de faire quelques pas en arrière (ou de côté) ou de suivre votre propre chemin lorsque quelque chose ne va pas. Et apprenez à chaque étape du parcours. Prenez exemple sur ce moins jeune homme qui a une carrière verte qu’il adore!

Article d’origine publié par Alternatives Journal, que vous pouvez lire en cliquant ici.

A\J est la plus ancienne revue environnementale du Canada, et est la publication officielle de l’Association canadienne d’études environnementales

NOUVELLES CONNEXES

Comment appelles-tu cela?

Par Paul Robitaille, directeur, Relations avec les Autochtones et les jeunes Les moments les plus marquants de la vie se présentent parfois de la façon la plus simple et aux endroits les plus inattendus. Pour moi, ce moment s’est présenté sous la forme d’un seul mot au milieu d’une forêt,…

LIRE LA SUITE

Favorisons les partenariats, la prospérité et un meilleur avenir pour tous

Par Paul Robitaille, directeur, Relations avec les Autochtones et les jeunes « Le droit à la terre et à l’autonomie gouvernementale. Le droit à l’autodétermination. Ces causes valent dans toute société. » Étant Métis, cette affirmation faite par Jim Sinclair lors de la conférence de 1987 des premiers ministres me trotte souvent dans…

LIRE LA SUITE

Big Melt podcast cover

Les « gens qui écoutent les arbres » révèlent les secrets de la forêt sur le balado des Earth Rangers

Saviez-vous qu’un arbre de 48 mètres de haut et de 4,5 mètres de circonférence peut contenir l’équivalent d’environ un éléphant et demi en carbone (8 252 kilogrammes)? Sarah Marks, l’animatrice du balado « The Big Melt » des Earth Rangers, explore le rôle que jouent les forêts dans la lutte contre les changements…

LIRE LA SUITE

Photos des gens en plein air avec les mots:

Gagnez une inscription gratuite au congrès annuel de la NAAEE!

Le thème du congrès annuel de la North American Association for Environmental Education (NAAEE) porte sur la promotion du changement (Inspire Change). Qui de mieux pour faire cela que l’incroyable réseau de jeunes d’APLA Canada? APLA Canada couvrira les frais d’inscription de 100 jeunes de 15 à 30 ans (d’une…

LIRE LA SUITE

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER