fbpx

Nouvelles

Il faut d’abord mettre en place des systèmes de soutien : suggestion d’un employeur après la série d’ateliers « Accès égal aux emplois verts ».

10 mai 2021

Sarah smiling at the camera with a bee resting on her hand

Sarah MacKell, la biologiste principale pour l’Initiative de rétablissement des pollinisateurs indigènes de Conservation de la faune Canada (CFC), doit mener à bien un processus d’embauche pour la première fois en tant qu’employeur.

Selon elle, les webinaires comme « Accès égal aux emplois verts et le Salon des carrières et du réseautage » sont importants pour les employeurs pour qu’ils puissent savoir comment s’améliorer personnellement et en tant qu’organisation.

« Je sais depuis longtemps qu’il s’agit d’un secteur privilégié et fondé sur la capacité physique, mais je crois ne jamais y avoir vraiment réfléchi, explique Sarah. « Par exemple, si vous faites du travail de terrain, vous devez être capable de soulever des poids lourds. Vous devez rester dehors pendant de nombreuses heures. Vous n’aurez peut-être pas accès à des toilettes. Vous pouvez avoir besoin d’avoir accès à un véhicule, ce qui est très coûteux. »

Selon elle, ces obstacles et la façon dont les organisations embauchent ou formulent leurs offres d’emploi peuvent réduire le nombre de candidats ou même de personnes qui peuvent se voir dans le secteur vert.

« C’est malheureux parce que j’ai rencontré des tonnes de gens qui seraient parfaits pour différents postes, donc nous devons collectivement faire plus pour faire du secteur des emplois verts un espace inclusif, affirme-t-elle. Il ne faut pas uniquement tenir compte des perspectives d’un seul groupe ou de deux personnes. »

Sarah a elle-même rencontré des obstacles pour décrocher des emplois verts, car de nombreuses offres d’emploi requièrent l’accès à un véhicule, des certificats coûteux ou des années d’expérience qu’elle ne possède pas.

« Les offres d’emploi exigent souvent beaucoup d’expérience ou de qualifications, mais les organisations comprennent que la plupart des gens n’en ont pas, dit-elle. Je pense que de nombreuses personnes qui lisent les offres d’emploi croient ne pas avoir les qualifications requises et ne postulent pas. Je pense que cela exclut beaucoup de gens. »

L’un des principaux enseignements tirés par Sarah des ateliers « Accès égal aux emplois verts » et du Salon des carrières et du réseautage est que les lieux de travail doivent mettre en place des systèmes avant l’arrivée de personnes susceptibles de rencontrer davantage d’obstacles pour que ces personnes reçoivent le soutien requis. En faisant appel à un consultant externe pour évaluer votre lieu de travail, vous pourrez plus facilement identifier des obstacles dont vous ne soupçonnez peut-être pas l’existence. Et c’est aussi une bonne idée d’établir des liens avec les communautés, selon elle.

« On ne peut pas s’attendre à ce que les gens aient envie de venir dans cet espace tant qu’ils ne se sentent pas à l’aise et soutenus », affirme Sarah.

Pour planifier son cheminement de carrière, Sarah a demandé à ses superviseurs de son programme coop comment ils étaient arrivés à leur poste et comment quelqu’un pourrait y arriver aujourd’hui. Selon elle, si elle n’avait pas demandé leur avis, elle n’aurait peut-être pas poursuivi sa maîtrise.

« Dans le cadre de ma maîtrise, j’ai pu travailler avec quelqu’un de CFC, dit-elle. Même si vous ne prévoyez pas rester dans le milieu universitaire, la plupart des organisations travaillent avec le milieu universitaire pour que leurs recherches soient effectuées, vous pouvez donc établir ces liens importants. »

Sarah conseille également aux jeunes à la recherche d’un emploi de faire du bénévolat ou d’occuper des emplois techniques saisonniers au sein d’une organisation avant de postuler à un poste à temps plein.

« Lorsque leur CV indique qu’ils ont fait quelque chose avec l’organisation, cela démontre qu’ils pensent à l’entreprise depuis un certain temps et qu’ils partagent des valeurs similaires », explique-t-elle.

Regardez les séances d’apprentissage pour les jeunes et les employeurs ci-dessous :

     

    

    

NOUVELLES CONNEXES

Two youth in hard hats holding baby trees.

Le programme de mentorat vert d’APLA Canada marque la fin de la cohorte nationale de janvier 2021

APLA Canada a clôturé sa deuxième cohorte nationale de mentorat le 24 juin 2021, avec un événement en ligne qui a rassemblé près de 50 mentors et mentorés de tout le pays. Le programme de mentorat de six mois a réuni au total 130 participants, dont plusieurs mentors du réseau…

LIRE LA SUITE

Le gouvernement du Canada annonce le financement de stages dans le secteur des forêts et de la conservation

Apprendre par les arbres Canada (APLA Canada) est ravi d’aider les jeunes Canadiens à acquérir les compétences et l’expérience dont ils ont besoin pour réussir dans les emplois verts novateurs d’aujourd’hui, grâce au financement récemment annoncé par le Programme de stages en sciences et en technologie (PSST) de Ressources naturelles…

LIRE LA SUITE

Headshots of Lacey Rose and Julie Antler

Donner au suivant : Agir comme mentor vert pour transmettre le savoir aux futurs chefs de file en foresterie

Un article de Lacey Rose, forestière en chef, comté de Renfrew À mes débuts en foresterie, j’ai eu le plaisir et la très grande chance d’être encadrée par des collègues aussi aimables que compétents. Comme le veut le profil démographique actuel de notre secteur d’activité, je suis souvent d’au moins…

LIRE LA SUITE

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER